La Louvière : de Charybde en Scylla (et en mauvaise foi)

Pour ceux qui débarquent, je vous conseille de lire en priorité l’article replaçant le contexte de l’affaire. Il est un peu long, mais il permet de comprendre les tenants et aboutissants de cette deuxième vidéo. 

Cette nouvelle vidéo est un peu longue, mais elle fait écho à un “raz-le-bol” qui se généralise… 

Afin que vous ayez toutes les informations en main, voici les liens importants.

Retransmission du conseil communal du 02 Mars 2021 (lien vers le moment qui a déclenché cette nouvelle vidéo) :
https://youtu.be/REP7DiRnLew?t=4296

 

Lien vers le recensement des artistes (accessible également depuis alteronyros.org) :
https://artistes.alteronyros.org/

La retranscription du passage clé du conseil communal :

 

01:11:36 Xavier Papier :
Et la deuxième chose, Mr le Bourgmestre, c’est : Quand je pense qu’on a été dire aux gens de la culture qu’ils allaient devoir passer un concours pour un montant 4 fois inférieur à celui qui a été offert à nos hôteliers, je comprends que parfois ils râlent.

 

01:11:50 Intervention de Mr Wimlot qui fixe le montant aux hôtels à +/- 3 fois le montant de la “bourse” au secteur culturel, soit 7266,66€ et non 10.000€.

 

01:13:57 Leslie Léoni :

On revient toujours, je me permet d’intervenir puisque on revient toujours avec cette bourse aux artistes.

A ce jour il faut savoir qu’il y a 4 dossiers remis, donc voilà, je ne vois pas beaucoup d’élan par rapport à cette bourse de un.
De deux cette bourse elle ne serait pas utile si le fédéral avait fait son job depuis longtemps et avait donné un statut beaucoup plus accessible et digne de ce nom. D’ailleurs ben j’y travaille au quotidien donc maintenant je me rends compte de plus en plus des problématiques qui y sont.

Et je comprends, Xavier, en effet, au niveau culture c’est vraiment une catastrophe. Seulement, il faut quand même, et c’est pas moi qui vais te le dire parce que tu fais quand même de la politique depuis plus longtemps que moi, mais il faut quand même remettre les choses à leur place, c’est pas à la commune a palier à ça, de un, et de deux sache que, étant échevine sortante depuis peu, que toutes, toutes, toutes nos structures, toutes les asbl, font leur possible pour inviter les jeunes artistes de la région pour travailler. Par contre, y’a certains qui ne se manifestent pas, on ne peut pas tout connaître. Il est vrai qu’on revient toujours avec ce cadastre et je pense qu’on en parlera un peu plus tard, mais dans un premier temps, vraiment, la précarité des artistes, il est grand temps que le fédéral fasse son job, parce que la commune ne peut pas palier à ça, mis à part en essayant, et c’est ce qu’on essaye de faire au niveau de la ville et de la région du centre, puisqu’on a eu un échange au niveau des différents secteurs culturels avoisinant, c’est vraiment de les faire travailler chez nous et chez nos voisins, voilà.

 

01:15:58 Xavier Papier:
(.…)Leslie, je te rejoins entièrement sur le statut de l’artiste, on en a débattu une fois, je ne sais plus si c’était avec toi ou avec tony sur facebook, j’espère que, étant issue du milieu, tu pourras faire avancer dans le parlement cet élément-là, maintenant, sur la bourse, comprends moi, quand on voit de l’argent qui est donné directement, et que les artistes, eux, doivent passer des concours, c’est par rapport à ça que l’élément peut paraître choquant. Après, il y a peu de demandes, apparemment, et peu de candidatures, il faut poser des questions par rapport à l’adéquation, par rapport au monde culturel, peut être avoir aussi un feedback de leur part, pourquoi ne déposent ils pas de projet, c’est quand même très étonnant. Est-ce que c’est une aide qui leur était adaptée, c’est peut-être ça aussi la question qu’on doit se poser, parce que voir qu’ils sont dans une difficulté  patente, c’est le cas, j’veux dire c’est comme dans l’horeca, c’est comme les métiers de contact, je ne crois pas qu’on puisse nier la situation qui est la leur et qui demande une aide urgente. D’autres niveaux de pouvoir, mais de leur commune qui présente un plan de relance.

 

01:17:39 Leslie Léoni :

Ben justement, par rapport aux candidatures, c’est vrai que c’est toujours étonnant les polémiques sur les réseaux sociaux, et la véritable implication des uns et des autres pour remplir un dossier. Alors j’avoue, et j’ai aucun problème avec ça, il faut le savoir quand même, c’est que on est parfois maladroits dans les choses qui sont exprimées : bourse, fond de soutien, concours, pas concours, c’est compliqué.
Maintenant, il faut quand même savoir que nous on est responsable d’argent public, qu’on ne peut pas donner comme ça, avec des justificatifs, et donc, c’est clair, il y a eu des maladresses, il y a eu en effet des échanges ben avec moi justement sur facebook auxquels je m’adressais carrément aux artistes mais bon voilà, y’a pas eu vraiment de répondant par rapport à ça, je suis toujours un peu peinée de l’agressivité qu’il peut y avoir au lieu d’une véritable discussion, parce que bon, voilà, j’ai un téléphone, j’ai une adresse mail, et qu’il suffit d’en parler.
On a eu une réunion cette semaine avec Laurent Wimlot, avec nos collaborateurs pour justement essayer d’être beaucoup plus proches de ce que les artistes souhaitaient, maintenant faut pas oublier que voilà, on a un certain nombre de bourses, on ne peut pas aider tout le monde, le but c’est d’avoir mis des structures, donc il y a des animateurs chez central qui peuvent aussi aider. C’est-à-dire que moi qui ai déjà répondu en tant qu’artiste, en tant que structure culturelle à La Louvière à des appels à projet de la fédération wallonie-bruxelles par exemple, ben parfois l’appel ne répond pas tout à fait au projet qu’on avait initialement mais il peut nous amener vers d’autres directions parfois aussi intéressantes, mais essayer de s’adapter.
Et on a des équipes pour les aider. Par exemple, pour “un futur pour la culture”, on a eu 9 projets qui ont été retenus, mais il y avait des artistes qui étaient incapables de remplir, et avec ma collaboratrice, avec Laurent Canistraro, on a fait en sorte de les aider à remplir. Donc, on est pas des politiques qui, enfin en tout cas pour ma part, et voilà Laurent est tout à fait d’accord avec moi, de se dire voilà, on met un fond de soutient, on s’est trompé sur un mot voilà, mais au lieu de faire une polémique avec ça, j’trouve qu’il est important de s’adresser à nous, et personne n’a la science infuse, on peut se remettre en question et se dire “comment on peut palier à nos manquements, ou à un terme qui a été mal exprimé”. En tout cas je le répète, et on est en début de conseil donc j’imagine qu’il y a beaucoup de citoyens qui nous regarde, si à ce jour il n’y a que 4 dossiers qui ont été remplis, on a encore beaucoup de marge, j’ai demandé justement aux équipes de justement relayer vers leurs listes, parce que chaque structure culturelle a une liste d’artistes de la région, et donc ben voilà, on espère que toutes ces bourses seront utilisées, et en tout cas on va faire tout pour, pour qu’ils puissent, justement, on va les aider à les remplir, aucun problème, on est là pour ça, c’est dans les missions aussi d’un centre culturel, faut pas oublier. Nos animateurs, ils sont amenés à gérer ça.
Donc du coup je vous avoue que, ben je comprends les polémiques mais je ne vois pas où est le problème

La suite...

Forcément, plus on parle, plus on se faire entendre. La vidéo dépasse les 200 vues, et la presse s’intéresse forcément au sujet. Et c’est bien naturel, vu que le flou communicationnel se maintient (et c’est pas vraiment un compliment). 

Ainsi, la DH titrait ce Samedi 20 Mars “La Louvière: une plateforme de recensement des artistes lancée… Par des artistes

 

Article en pdf ici

One Reply to “La Louvière : de Charybde en Scylla (et en mauvaise foi)”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please reload

Veuillez patienter...